Bateau

Choisir un bateau

C’est évidemment la première préoccupation du candidat au voyage.

qui veut voyager loin choisit une monture qui lui convient!
Étant venu à la voile par ce projet de voyage en famille nous avons fait nos premières armes sur des monocoques en Bretagne et aux Antilles d’ailleurs!

Monocoque ou catamaran?

Si le choix du bateau monocoque ou catamaran provoque d’interminables discussions sur les pontons, il faut bien avouer qu’un monocoque, au près, à tout de même fière allure. Évidemment ça gîte mais tous les marins vous le diront: la voile c’est du sport. Surtout à l’heure de l’apéro!

Reste que l’avis du capitaine lorsque l’on se lance dans ce genre d’aventure en famille n’est pas le seul qui compte!
Le catamaran a l’incomparable avantage de naviguer à peu près à plat ce qui met la famille dans une situation plus stable. Lorsque les enfants font leurs devoirs, dessinent ou jouent, cela rend les navigations moins pénibles peur eux et donc par extension pour le capitaine et le capitaine en second!

Certaines familles dont nous avons lu livres et blogs sont partis en monocoque. Pour dégager une tendance, je dirais que ce sont plutôt les candidats à la transat et ceux qui partent sans date de retour.
Pour notre projet: une navigation familiale sous les tropiques avec des enfants petits, la tendance est plutôt au catamaran!

Il procure un confort en navigation on l’a vu mais également un confort de vie incomparable. La surface de vie y est plus de 2 fois supérieure à bord. On peut y embarquer plus de batteries, y installer une plus grande surface de panneaux solaires,… C’est également un navire qui a un faible tirant d’eau et donc une faible profondeur sous le bateau qui permet de passer dans des endroits moins profonds, approcher la plage de plus près aux Antilles.

Sur tous ces points c’est un bateau totalement adapté à notre voyage. Qui plus est la capitaine en second a posé ses conditions: ne pas gîter 😉 A bord aussi ce que femme veux…

 

Acheter ou louer?

Quand est choisi le type de bateau et le parcours il reste donc à savoir comment se procurer le bateau!
Les candidats à la transat n’ont guère le choix. Il leur faut acheter le bateau en métropole et le revendre (ou le garder!) au retour.
En ce qui nous concerne nous avons 2 solutions: acheter/revendre aux Antilles ou louer en location longue durée.

Il faut savoir que le marché du bateau d’occasion, surtout celui des Antilles, est surtout alimenté par des bateaux de loueur courte durée qui sont revendus au bout de 5 à 7 ans environ pour des raisons fiscales.
Il faut également savoir qu’un bateau sorti de flotte de location n’est pas adapté à une vie en mer pendant plusieurs mois.
En effet, leurs problèmes principaux sont l’énergie et l’eau.
Si une escapade de quelques jours dans l’arc antillais peut se satisfaire d’une autonomie partielle en électricité, les moteurs compensant le déficit et les escales servant à remplir les cuves, la chose est plus handicapante pour une navigation au Long cours!

En effet, rien de plus rageant que de devoir mettre les moteurs dans un mouillage idyllique où l’on est seul sur la mer parce que la batterie du bord vous a lâché…

Un bateau qui voyage au Long cours doit donc être équipé de manière adéquate pour le grand voyage.
Équiper un bateau de sortie de flotte de location est donc une chose nécessaire… Mais chère! Et mêmes neufs, ces équipements ne se valorisent que très partiellement à la revente!
Quand on achète un bateau qu’on l’équipe et qu’on le revend un an plus tard, on peut considérer que les travaux d’équipement sont réalisés en pure perte. Ce n’est pas le seul poste de dépenses sur ce type d’opération!
Il faut compter la dépréciation du bateau ( près de 30% la première année puis 10 a 5% en fonction de son âge!). On ajoute ensuite l’assurance, le coût du financement, les dépenses de remplacement de tout ce qui peut casser à bord,… L’addition peut être élevée. Et plus le bateau est grand, plus salée est la note!

Il y a quelques années, le candidat au voyage dans les Antilles n’avait que l’achat/revente pour réaliser son rêve. Aujourd’hui un loueur s’est mis à faire de la location longue durée de bateaux tout équipés pour le grand voyage.

Le grand jeu devient alors comparer le tarif de location longue durée avec une hypothèse réaliste d’achat/revente.
Le calcul est complexe car on compare un budget fixe, connu à l’avance avec une simulation qui possède 2 inconnues de taille:

  • Le prix de revente au retour
  • Le coût du remplacement de tout ce qui va casser pendant un an….

A ceci s’ajoutent des « coûts » annexes comme la commission du broker qui réalise la vente ( Leboncoin restant une solution mais quand on est pas sur place pour faire les visites, c’est plus aléatoire,…)

Une location longue durée a enfin l’énorme avantage sur le papier de proposer un bateau « prêt à partir » sans aucun travaux à réaliser à bord. Et lorsque le rêve prend fin, le bateau réintégré la flotte du loueur et aucun souci de revente du navire à gérer.
Évidemment tout se gère mais la revente est une angoisse supplémentaire voire une entrave lorsqu’un acheteur souhaite voir le bateau et que vous êtes en navigation « quelque part ». Comme la revente du bateau est une nécessité absolue du retour, on s’arrange pour ne pas perdre un acheteur potentiel et on se plie aux visites qui ne déboucheront peut être pas…

Lorsque le projet est un tour du monde ou un voyage de plus d’un an, pas de question à se poser, l’achat est le seul programme possible. En ce qui nous concerne, le choix est ouvert entre une location à prix fixe ou un risque à prendre.

Juin 2014, c’est décidé, nous allons louer le bateau!

La question a été tranchés après beaucoup de réflexions, de fichiers excel et de tergiversations, nous allons louer le bateau chez PUNCH CROISIERES. Le marché de l’occasion ne se porte pas si bien que veulent le faire croire les brokers. Pour preuve,cela va faire 6 mois que je suis les Fountaine Pajot Lavezzi d’occasion sur le site d’un broker. Aux dire du professionnel que je connais maintenant assez bien, une horde d’Australiens se portaient acquéreurs par dizaines… Résultat, nous sommes en juillet et 3 bateaux sur 4 sont toujours au même prix sur le même site internet… Il me suffit de me projeter avec un catamaran d’occasion en Martinique invendable ou très long à vendre plusieurs mois après notre retour pour me conforter dans mon choix… C’est entendu, le retour sera difficile en Aout 2015. De là à en faire un gouffre financier sans compter de la casse qui aura pu accroître le coût de notre frêle esquif sans crier gare, nous aurons bien d’autres choses à gérer matériellement et psychologiquement !

C’est un petit renoncement que de louer plutôt que d’acheter. Etre capitaine et propriétaire de son bateau, le choisir, le préparer, l’entretenir résonnaient en moi comme des occupations saines et passionnantes pour un marin et un bricoleur touche à tout. Mais en ce recentrant sur l’expérience de vie que nous voulons nous offrir en famille, ces phases n’ont finalement que peu d’importance par rapport au voyage en lui même. Cela permet finalement de se concentrer sur le voyage et la mer.

Notre bateau s’appellera YSUN

Eric Vasse, sympathique patron de PUNCH CROISIERES m’avait déjà proposé ce bateau il y a un an à l’achat. Il a finalement été vendu à un propriétaire qui le laisse dans la flotte de Punch pour un peu de temps encore, pour des programmes de longue durée. C’est un Nautitech 40 qui peut emmener 10 personnes et qui est parfaitement équipé pour prendre la mer avec nous: désalinisateur, 300W de panneaux solaires, un bon parc de batteries et un entretien réalisé pour que nous ayons le moins  de problème possibles à bord pendant un an. Quoi qu’il en soit, Eric sera là pour nous dépanner à distance grâce à son réseau dans les Antilles.

Mise à jour du 25/08/2014: notre bateau a changé de nom! Il s’appelait Ann Julie mais son nouveau propriétaire l’a rebaptisé Ysun! Le bateau reste le même mais change juste de nom.

P1070231

 

5 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. Favre

    Bonjour,

    Je viens de lire votre post trés intéressant. Nous envisageons comme vous de partir 6 mois en famille naviguer aux antilles. Comme vous, nous envisageons la loc plutot que l’achat et comme vous nous avons repéré Punch Croisière comme loueur potentiel…
    J’aurais voulu avoir votre retour à propos de la prestation de Punch croisière :
    – serieux?
    – bateau préparé/livré à l’heure?
    – qualité du bateau et des équipements pour une loc longue durée?
    – support, accompagnement pendant votre périple?
    – combien de temps à l’avance avez vous réservé le bateau?
    – localisation géographique des bases d’assistance?
    – zone de navigation restrictive?

    Bon vent à vous!
    Au plaisir de vous lire.

    Vincent Favre

    1. Gerard.janicaud

      Écrivez moi sur mon émail gerard.janicaud@Gmail. Com je répondrais à vos questions.je suis un ancien client punch.

  2. Arnaud

    Bonjour,

    nous avons navigué sur votre site et semble que l’expérience familiale fut superbe.
    Nous partons avec ma femme et nos deux filles aux Antilles pour 2 mois (seulement) et je voulais savoir si vous aviez pris une assurance supplémentaire de celle du loueur et notamment une assurance avec rachat de franchise. avez vous eu des avaries et comment cela s’est il passé?
    Bonne soirée,
    Arnaud

    1. Stéphane

      Bonjour Arnaud!

      Merci pour votre commentaire.
      Pour le rachat de franchise, nous aurions pu la souscrire chez Ouest Assurances mais elle nous aurait coûté environ 3000€ pour un rachat de franchise, tout en ayant toujours 500€ à charge en cas de sinistre. Notre caution était de 5000€. Au delà c’est l’assurance du loueur qui prend en charge.
      Il faut calculer et envoyer votre demande de devis à Ouest Assurance http://www.ouest-assurances.fr/fr/particuliers/rachat-de-franchise

      Pour les avaries, évidemment nous en avons eu! Dans les grosses lignes:
      – voie d’eau à bord par le saildrive suite à la rupture des silentblocks du moteur
      – Problèmes de ruptures intempestives de courroies moteur
      – Perte d’un safran par corrosion de la mèche
      – Moteur de guindeau HS

      Pour les petites choses faciles à résoudre:
      – encrassement de l’injecteur du moteur d’annexe
      – plusieurs bouts à remplacer à bord, accastillage à changer,…

      Pour toutes ces avaries, l’équipe de Punch a été au top pour nous aider dans n’importe quelle situation et à n’importe quel endroit. Ils sont au top. Il faut savoir que grand voyage en bateau = des avaries à gérer. Avoir une bonne « base arrière » comme Punch et quand même une fibre de bricoleur aide beaucoup!

      Bon voyage, foncez, c’est top!

  3. Jb

    Bonjour,
    merci pour votre blog très bien fait!
    Je prépare une année sabbatique, départ dans un peu plus d’1 an.
    Départ des Antilles et fin en Polynésie (à priori, alternative : Antilles seulement).
    Nous sommes une famille avec 4 enfants (13 à 5 ans à la date du départ) et j’hésite entre un Nautitech 46 Open ou 40 Open.
    Le 46 étant beaucoup plus cher, j’aimerais que le 40 suffise… Est-ce que vous aviez l’impression d’être à l’étroit? Pour les grandes traversées, nous comptons prendre un ou deux équipiers. Donc on pourrait être 7 ou 8 dont 3 ou 4 adultes…
    Merci d’avance pour votre avis!
    A bientôt par email j’espère!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>